Quels sont les deux statuts pour un emplacement dans un cimetière ?

Publié le : 21 octobre 20214 mins de lecture

Dans un cimetière, les emplacements sont destinés à recevoir une sépulture avec une pierre tombale qui mentionne l’identité du défunt ainsi que sa date de naissance et de mort. Selon le souhait de la famille (ou du disparu), il est possible de choisir entre un emplacement gratuit ou un emplacement en concession. Mais en quoi consistent ces deux statuts ? Et comment choisir la bonne solution ?

Quel est l’intérêt d’un emplacement gratuit ?

Chaque statut est strictement régi par la loi ce qui vous permet de connaître à l’avance les conditions et modalités de ces deux solutions. L’emplacement gratuit s’adresse à toutes les personnes résidentes ou décédées dans une commune. Il ne fait pas l’objet d’un contrat, mais devra toutefois être attribué unilatéralement par le maire, en d’autres termes, le bénéficiaire ne peut pas choisir. Ainsi, cette sépulture n’est pas toujours un terrain pour une tombe puisqu’il peut s’agir d’un caveau pour le cercueil ou d’une case au columbarium pour l’urne. Cet emplacement est uniquement réservé à un seul défunt.

Emplacement en concession : quel est son principe ?

Contrairement à l’option gratuite, un emplacement en concession fait l’objet d’un contrat entre le concessionnaire et la mairie. Cette sépulture peut être accordée à tous les demandeurs ou à une personne donnée dans tous les cas, il s’agit toujours d’un terrain choisi par le bénéficiaire sur proposition du maire. La durée de l’emplacement est limitée de plus, elle est payante. Le tarif dépend de la durée et de la surface de la parcelle. 

L’avantage de cette solution est qu’elle permet d’accueillir plusieurs défunts d’ailleurs, les sépultures seront signalées par des monuments funéraires. Pour un cercueil, la concession se présente comme la meilleure option puisqu’un emplacement gratuit peut se trouver sur un terrain commun (généralement à l’écart et pas bien entretenu).

Le jardin des urnes, une autre solution à connaitre

Parfois, l’irréversibilité de la dispersion des cendres trouble la famille ce qui pousse à se poser les bonnes questions. Notez cependant qu’il est désormais interdit de garder une urne dans sa maison ainsi, vous devrez le placer dans un endroit approprié.

Dans ce cas, quand la famille n’est pas unanime sur la dispersion, le jardin aux urnes peut être une option gratuite à envisager. L’urne (pouvant être enterrée) sera alors placée dans un espace verdoyant et agréable à titre gratuit. Cette option se présente parfois très utile notamment lorsque les proches n’ont pas pu décider de l’emplacement d’une sépulture ou que la famille ne veut pas éparpiller les cendres de leur défunt.

Plan du site