Quels soins sont apportés au défunt ?

Publié le : 21 octobre 20214 mins de lecture

Tout défunt mérite d’avoir un bon soin avant son enterrement. Ici, il n’est pas seulement question d’habit, mais surtout de conservation du corps. En d’autres termes, il s’agit de la thanatopraxie. Cette dernière est une méthode à adopter pour que la décomposition du corps soit lente. Focus sur le déroulement des soins apportés à un défunt.

En quoi consiste ces soins ?

La thanatopraxie consiste à introduire du formol dans le corps du défunt (précisément dans le sang). Vous l’avez compris, c’est un liquide antiseptique. Mais attention, le sens du mot « conservation », ne signifie pas arrêt du processus de  putréfaction du corps. Cette action ne fait que la ralentir. Et les réactions à l’introduction du formol varient d’une personne à une autre.  Certains corps présentent des signes de putréfaction malgré un soin correctement réalisé. Les soins du défunt se font en deux parties qui sont l’injection et l’habillage. L’injection se déroule, généralement, dans un laboratoire spécialisé. Cette première phase consiste à nettoyer, avec un produit désinfectant, tous les orifices du défunt. La famille et les proches peuvent être rassurés puisque le corps est complètement intact après l’opération. La plupart du temps, c’est le thanatopracteur, lui-même qui se charge d’habiller le défunt. Il s’occupe de coiffer, raser et maquiller le défunt si c’est nécessaire.

Lieu et durée des soins de conservation

En temps normal, l’intégralité des soins apportés au défunt se déroule dans un funérarium, ou dans une morgue. Cependant, la famille et/ou les proches peuvent demander que la réalisation se fasse à domicile. D’ailleurs, ils peuvent eux-mêmes effectuer le maquillage. Dans ce cas, le défunt doit, au plus tard, être déplacé dans les 48 heures qui suivent son décès. De nos jours, les soins à domicile sont rares vu que les soins d’hygiène et de présentation ne répondent pas aux exigences imposées par la loi. Par ailleurs, la durée totale d’un soin de conservation est d’environ 1 h 30.

Est-il obligatoire d’apporter un soin à un défunt ?

En général, la thanatopraxie, en particulier, n’est pas obligatoire. Cependant, quelques exceptions peuvent changer la donne tel que : 

– Rapatriement du défunt : cela peut être exigé par la compagnie aérienne ou son pays d’origine.

– Si le corps ne quitte son domicile que lors des funérailles.

Les coûts d’un soin de conservation sont très variables. Certains éléments sont à prendre en compte par le thanatopracteur : la région et la marge effectuée par les pompes funèbres. Quoi qu’il en soit, n’engager qu’un thanatopracteur diplômé.

Plan du site